Lexique Formation

Vous trouverez ici beaucoup de définitions relatives à la formation

Acquis : Ensemble des savoirs et savoir-faire dont une personne manifeste la maîtrise dans une activité professionnelle, sociale ou de formation. Les acquis exigés pour suivre une formation constituent les pré-requis. (AFNOR)

Action de formation : Processus mis en oeuvre, dans un temps déterminé, pour permettre d’atteindre les objectifs pédagogiques de la formation. Au sens légal les actions de formation financées par les employeurs se déroulent conformément à un programme. Celui-ci, établi en fonction d’objectifs pédagogiques préalablement déterminés, précise les moyens pédagogiques et d’encadrement mis en oeuvre et définit un dispositif permettant de suivre l’exécution de ce programme et d’en apprécier les résultats. (AFNOR)

Alternance : Méthode pédagogique sui s’appuie sur une articulation entre : – des enseignements généraux, professionnels et technologiques ; – l’acquisition d’un savoir-faire par l’exercice d’une activité professionnelle en relation avec les enseignements requis. Ces enseignements et acquisitions se déroulent alternativement en entreprise et en centre de formation. (AFNOR) L’alternance est organisée sous forme de partenariats entre l’entreprise et l’établissement de formation. Selon les cas, l’un ou l’autre des partenaires, plus rarement les deux, sont maîtres d’oeuvre. (C. MATHEY-PIERRE) Une formation alternée associe le plus souvent des enseignements généraux, professionnels et technologiques dispensés dans des organismes de formation ainsi que l’acquisition d’un savoir-faire par l’exercice en entreprise d’une activité professionnelle en relation avec les enseignements reçus. Tout jeune de 16 à 25 ans peut compléter sa formation initiale dans le cadre de formations alternées. Insertion dans la période de transition vers la vie active, de phases plus ou moins longues, où le jeune est en mesure de combiner la formation (apprentissage intellectuel) avec une expérience pratique de travail. (F. D’ANVERS)

Analyse de besoin (de formation) : Démarche permettant de définir des besoins de formation (voir besoin de formation). (AFNOR)

Analyse de la demande (de formation) : Au regard des objectifs poursuivis par le demandeur, opération consistant à examiner la pertinence d’un projet de formation. (AFNOR)

Apprenant : Personne engagée et active dans un processus d’acquisition ou de perfectionnement des connaissances et de leur mise en oeuvre. (AFNOR)

Apprentissage : Ensemble d’activités qui permettent à une personne d’acquérir ou d’approfondir des connaissances théoriques et pratiques, ou de développer des aptitudes. L’apprentissage est une forme d’éducation alternée. Il a pour but de donner à des jeunes travailleurs ayant satisfait à l’obligation scolaire une formation générale, théorique et pratique, en vue de l’obtention d’une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme de l’enseignement professionnel ou technologique du second degré ou du supérieur ou un ou plusieurs titres homologués. (AFNOR)

Attestation de stage : Document écrit, remis au stagiaire, qui certifie sa participation à une formation. (AFNOR)

Autoformation : L’autoformation est un mode de formation individuelle dans lequel l’individu apprend par lui-même. Cette modalité de la formation (ou plutôt de l’apprentissage) est gouvernée par plusieurs principes : – l’individu détermine lui-même ses objectifs, éventuellement avec le conseil de l’institution ou du(es) formateur(s) ; – l’individu construit lui-même son parcours de formation, éventuellement avec le conseil du(es) formateur(s) ; – l’individu choisit lui-même ses ressources et méthodes pédagogiques, éventuellement parmi une offre de l’institution ou du(es) formateur(s).

Autoformation assistée ou accompagnée : L’autoformation assistée ou accompagnée est un mode de formation découlant naturellement de l’autoformation pure. Plusieurs principes essentiels la régissent : – l’élève, l’institution, le(s) formateur(s) négocient les objectifs de formation, sur la base de choix établis par l’institution et le(s) formateur(s), à partir du projet personnel de l’élève ; – l’élève et le(s) formateur(s) négocient les itinéraires de formation avant et pendant l’apprentissage ; – le(s) formateur(s) guide(nt) l’élève sur un éventail d’outils et ressources pédagogiques.

Besoin de formation : Identification d’un écart susceptible d’être réduit par la formation entre les compétences d’un individu ou d’un groupe à un moment donné et celles attendues.

Cahier des charges (de la demande) : Document exprimant les besoins de formation et les contraintes d’un demandeur. Ce document contient les éléments administratifs, pédagogiques, financiers et organisationnels pour permettre aux organismes de formation de formuler une proposition en vue d’atteindre les objectifs présentés par le demandeur. (AFNOR)

Cahier des charges (de la formation) : Document contractuel, issu de la négociation des éléments du cahier des charges de la demande et de l’accord entre l’entreprise et le dispensateur de formation, en vue d’atteindre des objectifs déterminés.

Capacité : Ensemble des dispositions et d’acquis, constatés chez un individu, généralement formulés par l’expression : être capable de… (AFNOR) Une capacité représente la possibilité de réussite dans l’exécution d’une tâche, ou l’exercice d’une profession. Elle peut être objet d’une évaluation directe, sous réserve d’une volonté de mise en oeuvre de la part de celui dont on veut apprécier la capacité.

Certificat de formation : Document écrit, délivré par le dispensateur de formation ou une autorité de référence, reconnaissant au titulaire un niveau de capacité vérifié par un contrôle.

Compagnonnage : Le compagnonnage propose le cas particulier de tutorat où le tuteur, généralement personne expérimentée et spécialiste du domaine de compétence à acquérir, et l’apprenant, font partie de la même institution, du même organisme, voire du même service. En règle générale, ce tuteur particulier n’a qu’un seul  » élève  » qui vise, au terme de sa période d’apprentissage, le même type de poste que celui de son tuteur, voire le poste même de son tuteur.

Compétence professionnelle : Mise en oeuvre, en situation professionnelle, de capacités qui permettent d’exercer convenablement une fonction ou une activité. La compétence vise un savoir-faire en situation, relatif à une situation déterminée. La notion de « compétences transférables » traduit l’idée de compétences susceptibles de s’appliquer à des domaines, des contenus, des tâches, des situations variées, et celle d’une organisation le plus souvent hiérarchisée des compétences de l’individu, certaines étant considérées comme dérivées de compétences plus générales. L’exercice d’un emploi exige l’utilisation, sinon la maîtrise, de compétences de plus en plus complexes et surtout de plus en plus nombreuses. Aussi cette notion est-elle nécessairement à utiliser au pluriel lorsqu’elle sert à caractériser un emploi ; il n’existe pas une compétence mais des compétences. Pour définir le terme, le CEREQ prend en compte trois rubriques : celle des savoirs, des savoir-faire et celle des savoir-être.

Ce qui est une compétence / Ce qui n’est pas une compétence Réparer sa mobylette / Avoir un CAP mécanique Animer un groupe / ÿtre sociable La compétence est inséparable de l’action et elle ne peut être véritablement appréhendée qu’au travers de l’activité par laquelle elle s’exprime et dont elle permet la réalisation. Elle est toujours « compétence à agir » et n’a de sens que par rapport au but que poursuit l’action. Autrement dit, la compétence se rapporte autant à des situations professionnelles qu’à des qualités individuelles et l’on ne peut valablement évaluer les secondes sans avoir une connaissance des premières. Toute compétence combine de façon dynamique les différents éléments qui la constituent : des savoirs, des savoir-faire, des types de raisonnement, des capacités relationnelles. En considération de ces deux caractéristiques, on peut convenir d’appeler compétence un ensemble de connaissances, de capacités d’action et de comportements, structuré en fonction d’un but dans un type de situations données. A contrario, ni les aptitudes générales individuelles, ni les diplômes détenus ne sont des compétences.

Conseil en formation : Activité menée par un prestataire (personne ou organisme) extérieur à la structure dans laquelle il intervient. Il propose une stratégie de formation en tenant compte de la politique générale de l’entreprise : définition des besoins, élaboration du plan ou éventuellement d’une action et évaluation des effets. (AFNOR)

Contenu de formation : Description détaillée des différents sujets traités dans la formation, en fonction d’objectifs pédagogiques et de formation définis. (AFNOR)

Cursus ou parcours (de formation) : Itinéraire organisé d’acquisition de connaissances. Il comporte des évaluations et peut déboucher sur une validation.

Demande de formation : Expression d’un besoin de formation formulé par l’intéressé, ou par son représentant ou par sa hiérarchie. (AFNOR)

Education permanente : Conception philosophique selon laquelle l’éducation est définie comme un processus continu, pendant toute la durée de la vie. L’éducation permanente comprend notamment la formation initiale et la formation continue. (AFNOR)

Evaluation de la formation : Action d’apprécier, à l’aide de critères définis préalablement, l’atteinte des objectifs pédagogiques et de formation d’une action de formation. Cette évaluation peut être faite à des temps différents, par des acteurs différents (stagiaire, formateur, entreprise cliente…). On distingue, par exemple, l’évaluation de satisfaction, l’évaluation du contenu de l’action de formation, l’évaluation des acquis, et l’évaluation des transferts éventuels en situation de travail. (AFNOR)

Filière de formation : Succession ordonnée de niveaux de formation permettant de s’orienter dans un secteur ou une branche professionnelle, en vue d’exercer une activité ou un métier. (AFNOR) Aujourd’hui, on entend par filière de formation le panorama complet des offres de formation dans un domaine professionnel considéré, présenté au demandeur afin de lui permettre de se situer par rapport à un ensemble, de dégager plusieurs types de parcours possibles durant sa vie active, d’anticiper son évolution future et d’élaborer son projet personnel. En formation professionnelle continue, les filières de formation qualifiantes et professionnelles permettent de personnaliser chaque parcours de formation et d’assurer la plus grande employabilité des formés.

Formation : Tend à remplacer progressivement les termes d’enseignement ou d’éducation dans le langage courant. Son usage traduit une évolution des politiques et des pratiques en matière d’insertion professionnelle (prolongation des périodes d’apprentissage bien au-delà de l’adolescence). La notion de formation, renvoie à l’ensemble des connaissances générales, techniques et pratiques liées à l’exercice d’un métier, mais aussi aux comportements, attitudes et dispositions qui permettent l’intégration dans une profession et, plus généralement, dans l’ensemble des activités sociales. La formation est alors un élément décisif des processus de socialisation. (G. FERREOL)

Formation-action : Méthode alliant apprentissage et production, basée sur la résolution de cas réels par un groupe d’apprenants en interaction. (AFNOR)

Formation alternée : Succession de périodes de formation organisées entre lieu de formation et milieu de travail. (AFNOR)

Formation continue : Processus d’amélioration ou d’acquisition, au-delà de la formation initiale, des connaissances, des savoir-faire, de la culture et des compétences personnelles ou professionnelles. On note souvent dans l’usage le terme formation permanente comme équivalent de formation continue. La formation initiale se distingue de la formation continue qui s’adresse à des jeunes ou à des adultes déjà engagés dans la vie professionnelle ou en cours de pré professionnalisation.

Formation différenciée : La formation différenciée définit une forme particulière de formation individualisée. Elle repose essentiellement sur le principe d’alternance entre des parcours identiques pour un groupe d’élèves et des parcours individuels personnalisés pour chaque élève de ce même groupe. L’objectif final est sensiblement le même pour chaque élève du groupe alors que les objectifs intermédiaires peuvent être différenciés et négociés entre le(s) formateur(s) et chaque élève.

Formation individualisée : Ce type de formation repose essentiellement sur le principe d’appropriation des connaissances par l’élève lui-même. Celui-ci, en plus de ses objectifs de formation, développe parallèlement un plus grand sens de l’autonomie. Il incombe à l’institution et au(x) formateur(s) de créer les conditions de l’apprentissage le plus adapté possible à l’individu. Cette modalité de la formation met à mal l’unité du triptyque temps-lieu-action. L’individualisation s’exerce en agissant sur les principales composantes de l’environnement socio-éducatif : le lieu, le temps, le parcours, le rythme, les objectifs, les contenus, les situations, les moyens et outils, les personnes ressources, l’évaluation. La formation différenciée, la formation programmée, l’autoformation assistée ou accompagnée définissent chacune un type de formation individualisée.

Formation individuelle : Ce type de formation se base exclusivement sur le principe d’appropriation des connaissances par l’individu lui-même, qui possède (ou doit posséder) les qualités nécessaires et suffisantes d’autonomie. Le triptyque temps-lieu-action n’a plus le sens d’exister. L’individu agit lui-même sur les principales composantes de l’environnement socio-éducatif qu’il considère comme un  » self-service  » de la formation : le lieu, le temps, le parcours, le rythme, les objectifs, les contenus, les situations, les moyens et outils, les personnes ressources, l’évaluation. L’autoformation pure et l’autodidaxie caractérisent deux aspects possibles de la formation individuelle.

Formation initiale : Ensemble des connaissances acquises, en principe avant l’entrée dans la vie active, en tant qu’élève, étudiant ou apprenti. Peut comprendre des enseignements généraux et, dans certains cas, de la formation professionnelle. (AFNOR)

Formation inter-entreprises : Formation qui regroupe des salariés de diverses entreprises dans une même action de formation. (AFNOR)

Formation intra-entreprise : Enseignement qui regroupe les salariés d’une même entreprise dans une même action. Elle peut être dispensée soit par des personnes de l’entreprise, soit par des dispensateurs de formation. (AFNOR)

Formation Professionnelle Continue : Formation ayant pour objet de permettre l’adaptation des travailleurs au changement des techniques et des conditions de travail, de favoriser leur promotion sociale par l’accès aux différents niveaux de la culture et de la qualification professionnelle et leur contribution au développement culturel, économique et social.

Formation programmée : La formation programmée présente une forme très structurée de formation individualisée. Elle repose sur la définition par l’institution et le(s) formateur(s) et le suivi par l’élève, de parcours-types très balisés. La négociation entre le(s) formateur(s) et l’élève positionne ce dernier, en fonction de ses aspirations et d’une base préétablie d’objectifs, sur une échelle d’élève-type. A chaque élève-type correspond un parcours-type prédéfini.

Ingénierie de la formation : Ensemble de démarches méthodologiques cohérentes qui s’appliquent à la conception de systèmes d’actions et de dispositifs de formation pour atteindre efficacement l’objectif fixé. L’ingénierie de formation peut comprendre l’analyse de la demande, des besoins de formation, le diagnostic, la conception du projet formatif, les moyens mis en oeuvre, la coordination et le contrôle de sa mise en oeuvre et l’évaluation de la formation. (AFNOR)

Maître d’apprentissage : Le maître d’apprentissage n’est pas d’abord un formateur, mais un producteur qui partage progressivement son savoir et ses savoir-faire avec un jeune. Les modalités de transferts des savoirs et savoir-faire ne sauraient être détachées du professionnalisme du maître d’apprentissage. Elles en sont parties intégrante.

Méthode pédagogique : Ensemble de démarches formalisées et appliquées selon des principes définis pour acquérir un ensemble de savoirs conformes aux objectifs pédagogiques.

Métier : Terme générique correspondant à des regroupements d’activités professionnelles mettant en oeuvre des compétences et des savoir-faire relativement homogènes.

Mode d’apprentissage : Un mode d’apprentissage définit les grands principes et les grandes règles qui permettent de mettre en relation les individus et les savoirs et savoir-faire. Ces principes et ces règles concernent le mode de définition des objectifs, le mode de détermination des itinéraires de formation, le degré d’initiative et la latitude de l’élève, les modes d’accès aux ressources formatives et la structuration de la logistique pédagogique.

Module de formation : Unité faisant partie d’un cursus de formation. Chaque module constitue un tout en soi.

Moyen pédagogique : Tout procédé, matériel ou immatériel, utilisé dans le cadre d’une méthode pédagogique : lecture d’ouvrages, étude de cas, mise en situation, utilisation de films, de jeux …

Niveau de formation : Position hiérarchique d’un diplôme, d’un titre homologué ou d’une formation dans une nomenclature.

Niveau Définition : I : Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation de niveau égal ou supérieur à celui de la licence ou des écoles d’ingénieurs. II : Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation d’un niveau comparable à celui de la licence ou de la maîtrise. III : Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation de niveau de brevet de technicien supérieur ou du diplôme des instituts universitaires de technologie, et de fin de premier cycle de l’enseignement supérieur. IV : Personnel occupant des emplois de maîtrise ou possédant une qualification d’un niveau équivalent à celui du baccalauréat technique ou de technicien, et du brevet de technicien. V : Personnel occupant des emplois exigeant normalement un niveau de formation équivalent à celui du brevet d’études professionnelles (BEP) et du certificat d’aptitude professionnelle (CAP). V bis : Personnel occupant des emplois supposant une formation courte d’une durée maximale d’un an conduisant au certificat d’éducation professionnel ou à toute autre attestation de même nature. VI : Personnel occupant des emplois n’exigeant pas de formation allant au-delà de la fin de la scolarité obligatoire.

Objectif de formation : Compétence(s) à acquérir, à améliorer ou à entretenir exprimée(s) initialement par les commanditaires et/ou les formés. L’objectif de formation est l’élément fondamental des cahiers des charges. Il sert à évaluer les effets de la formation.

Objectif pédagogique : Capacité(s) que le formé doit avoir acquise(s) à l’issue d’une action de formation, définie(s) par le formateur, à partir d’un objectif de formation. L’objectif pédagogique sert à construire et à conduire l’action de formation et à évaluer les capacités acquises.

Objectifs opérationnels : Activités opérationnelles que les ex-apprenants doivent être capables de réaliser, en situation réelle de travail, avec un certain niveau de performance.

Objectifs d’impact : Effets escomptés de l’action de formation sur les conditions d’exploitation ou sur la réalisation des projets de l’entreprise (ou de l’organisation cliente).

Orientation : Les activités de conseil destinées aux adolescents et aux adultes se déroulent désormais sur trois plans :  » stimuler les efforts actifs d’information sur les métiers, sur les carrières et sur soi-même ; aider à obtenir des renseignements sur les formations, les exigences des métiers, les formations et les débouchés ; élaborer des données descriptives sur les aptitudes, la personnalité, les intérêts et les moyens de l’individu et envisager avec lui ces informations de manière à ce qu’il les intègre dans ses plans de formation et de carrière ». (LEVY-LEBOYER) L’orientation consiste à mettre l’individu en mesure de prendre conscience de ses caractéristiques personnelles et de les développer en vue du choix de ses études et de ses activités professionnelles dans toutes les conjonctures de son existence avec le souci conjoint de servir le développement de la société et l’épanouissement de sa responsabilité. (UNESCO)

Plan de formation (de l’entreprise) : Document finalisé par la direction d’une entreprise afin de prévoir, mettre en oeuvre et évaluer la formation de son personnel pour une période donnée. Il recense et hiérarchise les actions de formation qui seront organisées pour le personnel de l’entreprise. Il indique les publics visés, le budget et les résultats attendus. (AFNOR)

Prérequis : Acquis préliminaires, nécessaires pour suivre efficacement une formation déterminée. (AFNOR)

Programme (de formation) : Descriptif écrit et détaillé des contenus de formation planifiés. Il respecte une progression pédagogique liée aux objectifs de formation à atteindre.

Projet : Le projet d’insertion est donné comme une nécessité dans les sociétés qui ont généralisé leurs circuits de scolarisation à tous les jeunes d’une même classe d’âge et cherchent à allonger indéfiniment le temps de cette scolarisation. Une telle situation impose aux jeunes scolarisés d’organiser eux-mêmes le passage qu’ils ont à faire de l’école à la profession. Ce passage étant insuffisamment planifié par la société, les jeunes doivent projeter un mode d’insertion professionnelle qui leur paraisse possible. Une appréhension du projet implique la prise en compte de quatre paramètres : – les contraintes de situation dans lesquelles se trouvent l’acteur ; – la détermination des buts qu’il se donne ; – les stratégies qu’il projette pour vaincre les obstacles perçus ; – l’explicitation des motifs qui justifient l’action envisagée. (JP. BOUTINET)

Projet professionnel : Formalisation d’une évolution souhaitée par un individu de la situation professionnelle qu’il envisage. Elle peut indiquer les moyens et modalités nécessaires à la réalisation du projet. (AFNOR)

Qualification : De façon générale, on peut définir la qualification comme l’ensemble des connaissances, des aptitudes et des expériences que requiert l’exercice d’un emploi déterminé (on parle dans ce cas de qualification d’un emploi, d’un poste de travail) ou qu’est susceptible de mettre en oeuvre un individu (il s’agit dans ce cas d’une qualification individuelle). Il importe donc bien de distinguer ces deux dimensions, car un individu possédant une certaine qualification (un CAP par exemple) peut être amené à occuper un emploi correspondant à une autre qualification (et donc rémunéré en fonction de cette autre qualification). La notion de qualification doit être entendue au sens large : loin de se réduire au savoir technique mis en oeuvre dans le procès de travail, elle ne se sépare pas de la question du statut et des conditions sociales du travail. Il convient donc de distinguer les qualifications réelles et les qualifications conventionnelles, des écarts sensibles apparaissent entre ces deux réalités. Il convient de distinguer : – la qualification acquise par la formation, attestée par la formation d’un diplôme ou d’un examen ; – la qualification du poste de travail, définie, d’une façon négociée ou non, dans la branche ou l’entreprise ; – la qualification de chaque personne comprise comme capacité individuelle opératoire pour occuper un poste de travail.

Référentiel : Inventaire d’actes, de performances observables détaillant un ensemble de capacités (référentiel de formation) liées aux référentiels de métier ou de fonction correspondants. Inventaire d’activités ou de compétences nécessaires à l’exercice de ces activités. Ce mot est notamment utilisé dans les deux expressions suivantes inscrites dans la procédure d’élaboration des diplômes professionnels : le Référentiel d’activités professionnelles et le Référentiel de certification. (Réf. – Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation – Nathan Université)

Référentiel d’emploi ou d’activités professionnelles (RAP) : Ex-référentiel de l’emploi, le RAP contient la description des activités qui recouvrent les emplois susceptibles d’être occupés par les titulaires d’un diplôme professionnel. Outre la description des activités elles-mêmes, en termes de fonctions (qu’on retrouve souvent d’une branche à l’autre), de tâches, de conditions d’exercice de l’activité (moyens et ressources, résultats attendus, autonomie et responsabilité), il contient aussi la description du champ d’activités et du contexte professionnel d’exercice. (Réf. – Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation – Nathan Université)

Savoir : Ensemble des connaissances théoriques et pratiques.

Savoir-être : Terme communément employé pour définir un savoir-faire relationnel, c’est-à-dire, des comportements et attitudes attendus dans une situation donnée.

Savoir-faire : Mise en oeuvre d’un savoir et d’une habileté pratique maîtrisée dans une réalisation spécifique.

Session de formation : période de formation planifiée dans le temps, organisée pour un groupe selon des objectifs correspondant à des besoins collectifs.

Suivi de formation : Action de s’assurer du bon déroulement de la prestation de formation, éventuellement jusqu’au transfert de capacités en situation de travail. Elle comprend les suivis pédagogique, administratif et financier.

Tuteur : Personne chargée d’encadrer, de former, d’accompagner une personne durant sa période de formation dans l’entreprise.

Tutorat : Le tutorat consiste en l’association à distance (origine du tutorat) ou non, d’un ou plusieurs élèves à une personne ou tuteur. Le tuteur est soit spécialiste du domaine de la compétence à acquérir, soit spécialiste des méthodes d’accompagnement ou d’assistance pédagogique (accueil, diagnostic, conseil, guidance, suivi, évaluation). Le tutorat s’exerce presque exclusivement dans le cadre de formations individualisées (le tuteur s’appelle parfois animateur de formation individualisée).


Télécharger cette lettre :
Lexique_Formation.doc

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2006-2019 - La lettre type - Tous droits réservés. 61 personnes connectées